Coup de coeur

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.
Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.
Esther Andersen,
Timothée de Fombelle

Esther Anderson est un merveilleux album doux et nostalgique qui évoque Sempé bien sûr mais aussi la chanson "l'Océan" de Dominique A. L'émotion est belle et forte et Raphaëlle Botte l'écrit très bien dans le Monde :

"Un trait vif, des couleurs légères et aquarellées... On entre dans le nouvel album de Timothée de Fombelle à pleine vitesse, à bord d'un train, dans le compartiment du jeune narrateur. « C'était les vacances. » Le romancier, que l'on connaît pour sa capacité à emporter ses lecteurs dans de vastes romans d'aventures, propose ici une variation, à mi-chemin entre le regard nostalgique sur l'enfance et le délicat récit d'un premier émoi. Le format paysage, l'épaisseur du papier, l'élégante mise en page font de cet album un objet précieux.L'illustratrice Irène Bonacina offre à ce jeune héros une allure malicieuse tout en épousant cette poésie du quotidien que Timothée de Fombelle restitue avec humour. A l'arrivée, les vacances ressemblent à des jours qui s'étirent au milieu des maïs chez un oncle que l'on imagine aimant, fantaisiste, bourru et merveilleux. Ici, il y a des bons petits plats, des nuits à dévorer des histoires, et un grand vélo rouge. « Et la vie pouvait repartir pour une deuxième moitié d'éternité. » Voici l'été de l'immensité, celui où un jeune garçon se perd pour découvrir l'horizon d'une vaste plage et surtout Esther Andersen. Ce prénom, ce nom et un accent romanesques ancrent déjà un souvenir fondateur. Réapparaîtra-t-elle ? Timothée de Fombelle allie humour et poésie pour raconter un été. Pas n'importe lequel..."

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.
Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

Sélection des usagers